Vivre au Japon

Vivre au Japon

Lorsque l’on veut vivre au Japon, il faut tout d’abord prendre conscience de la différence culturelle existant entre le monde occidental et le monde oriental représenté au Japon. Pour se faire accepter, il est impératif non seulement d’accepter cette mentalité, mais il faut également l’appliquer au quotidien.
Certes, la vie ne semble pas si différente au cœur des villes du Japon, mais un comportement strictement codifié et respectueux s’y observe bel et bien.

  • Au niveau du logement

Côté logement, un appartement se loue plus fréquemment en agence immobilière, notamment dans des agences dédiées aux étrangers, mais il est également possible de trouver une « gaijin house », un système peu coûteux de location d’appartements ou de chambres pour les étrangers, qui ne s’assortit presque jamais d’une demande de garantie ou de caution.

  • Travailler au Japon

Le travail, considéré comme une seconde famille pour les Japonais, se fonde sur des valeurs au profit de l’ancienneté.
Dans ce cadre, les étrangers peuvent obtenir un emploi dans une entreprise japonaise pour leurs compétences linguistiques ou leurs spécialisations dans différents domaines. De même, de grands groupes français disposent d’une filiale au Japon, mais il est également plus que recommandé de savoir parler japonais pour augmenter ses chances.
Une autre solution consistera à créer sa propre activité au Japon, mais c’est un exercice relativement complexe. Toutefois, les projets innovants y ont toutes leurs chances dès lors qu’ils s’inscrivent dans la durée.

  • Santé, chômage, imposition

    Sur le plan social, le système de santé japonais se fonde sur une couverture sociale qui se répartit en deux sections : celle pour les salariés (couverture à hauteur de 80 % des frais médicaux) et celle pour les non-salariés (couverture à hauteur de 70 %).

    Par ailleurs, le chômage est accessible à condition d’avoir une carte de résident et d’avoir cotisé pendant six mois au moins, soit entre 50 et 80 % du salaire.

    Enfin, s’agissant des impôts, le traitement varie si l’on est résident non-permanent (sans nationalité japonaise, mais résidant au Japon depuis moins de 5 ans sur 10 ans) ou résident permanent.

 

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire